jeudi 18 avril 2019

Les collégiens du Prix Gavroche ont rencontré Gwenaële Barussaud

Le jeudi 11 avril, les collégiens de Jules Verne, des Martinets et des Bons Raisins participant au Prix Gavroche sont venus à la médiathèque pour rencontrer Gwenaële Barussaud, l'auteur du roman historique Léo, Tome 1 : Mon secret est une chance.


Durant cet échange avec les élèves, l'auteur a parlé de sa passion pour l'Histoire et notamment pour le Premier et Second Empire ainsi que du travail de recherche qu'elle a fait pour que son roman corresponde à cette période historique.
Les livres ont toujours eu une grande importance pour Gwenaële Barussaud et elle affectionne tout particulièrement les grands auteurs classiques tels que Alexandre Dumas, Stendhal, Guy de Maupassant et Victor Hugo dont la visite de la maison sur l'île de Guernesey l'a inspiré pour l'écriture de Léo. Elle se rappelle que dans une de ses rédactions d'école, elle avait écrit que son rêve était d'écrire des histoires.
Le genre historique est celui qu'elle préfère. Sur la trentaine de livres qu'elle a écrit, jeunesse et adulte confondus, tous se passent sous le Premier ou le Second Empire. Le plus contemporain, Célestine, petit rat de l'Opéra, se situe dans les années 1900. Elle traite beaucoup de cette période car elle apprécie le langage de ce temps et elle souhaite parler du rôle des femmes sous l'Empire. Rueil-Malmaison étant lié à cette époque, un de ses romans, Léonie et le complot impérial, se passe au Château de Malmaison.

Sa visite de la maison de Victor Hugo à Guernesey lui a donné envie d'écrire une histoire sur les exilés de l'Empire se trouvant sur cette île. Sur le bateau du retour, elle a imaginé l'histoire d'une jeune fille faisant le voyage de Paris à Guernesey puis elle a écrit l'histoire qui se déroulait avant cette traversée. Pour cela, elle s'est inspirée d'autres événements qu'elle avait vécus : la visite des usines Menier, son séjour dans un chambre de bonne lorsqu'elle était étudiante, sa relation avec ses filles qui ont environ le même âge que son héroïne.
Le plus dur dans l'écriture de son roman a été d'intégrer des faits historiques qu'elle connaît par cœur du point de vue d'un personnage qui les vit dans le moment présent. Pour coller au plus prêt de son personnage, Gwenaële Barussaud a fait 6 mois de recherches notamment autour du langage et des habitudes de cette période selon les milieux sociaux. Avant d'écrire son livre, elle a établi une chronologie des événements de l'époque dans un carnet afin de voir s'ils coïncidaient avec l'histoire de son héroïne. Elle s'est beaucoup inspirée des photographies prises sous le Second Empire dont celles prises par Victor Hugo qui aimait beaucoup cette nouvelle invention.
Le personnage d’Émilien étant inspiré de Gavroche, elle trouve que c'est un joli hommage que son livre soit nommé à ce prix.


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire