vendredi 30 novembre 2018

Petite Pause Lectures & Dessins du mercredi 14 novembre 2018


DES LECTURES : 

Un jour avec toi de Sarah Jacoby aux éditions Casterman.
Le soleil n'est même pas levé qu'une famille doit se préparer à partir en week-end. C'est le bonheur en perspective. Le réveil est calme mais il ne faut pas trop traîner si on ne veut pas louper le train... 
Présenté comme une devinette, le texte paraît d'abord étrange et puis, petit à petit, les indices semés dans les images (le cycle de la lune, un train qui file, une succession d'images en double page...) nous éclairent sur l'idée de l'auteure. Un beau regard sur la vie que je vous laisse découvrir. 
Sarah Jacoby, américaine, réalise avec de l’aquarelle et des pastels secs, des illustrations magnifiques dans des doubles pleines pages, utilisant le format à l'italienne. Un choix judicieux qui allonge les images pour un effet d’enchaînement, qui fait défiler l'histoire, au sens propre comme au figuré. 
Pour plus d'informations, voir le site.

C'est pas bon, un texte de Rascal illustré par Peter Elliott aux éditions l'école des loisirs.
Un jour, la petite poule rousse qui avait toujours échappé au loup, se fait attraper. Mais elle trouvera le moyen de ne pas se faire manger avec beaucoup de malice. Je n'irai pas plus loin, je vous laisse le plaisir de découvrir comment. 
Rascal veut, encore une fois, punir un loup. Raconté avec simplicité, les scènes se répètent tout comme la réplique de la petite poule rousse, « c'est pas bon », et tout cela nous amuse bien. 
D'un trait vif, Peter Elliott dessine le loup habillé d'une redingote avec des grands yeux qui dévorent (en rêve !) la petite poule. Très maigrichon, on pourrait avoir pitié de lui et la petite poule rousse est bien élégante avec son fichu rouge à fleurs sur la tête. Avec des illustrations parfois en double pages plein cadre, on accompagne les personnages dans leur histoire. Un régal ! (sans avoir mangé la petite poule rousse) 
Pour plus d’informations, voir le site


Le Grand Poulpe, un texte d'Angélique Villeneuve illustré par Anaïs Brunet aux éditions Sarbacane. 
C'est un peu particulier, car ce Grand Poulpe là a une fiancée (une femme-homard), une maison (l'épave d'un bateau), du goût (il tient à décorer sa maison) et des loisirs (il prépare un spectacle de danse). Chacun de ses bras servant à une tâche précise, il en reste un pour qui rien n'est attribué. Un soir, lors d'un terrible combat avec une murène, il perd ce bras. Désormais triste et amputé, le Grand Poulpe est en convalescence, et le temps passe... 
Le grand format de cet album est justifié pour raconter cette histoire. Dans un foisonnement de décors colorés sur des illustrations pleines pages, le Grand Poulpe rouge se détache bien. Les contrastes sont vifs et illustrent merveilleusement la beauté des fonds sous-marins.  
Pour plus d’informations, voir le site


Chaperon Rouge de Bethan Woollvin aux éditions Albin Michel jeunesse. 
C'est une version très personnelle du Petit Chaperon Rouge que nous propose Bethan. Sans vouloir trop en dévoiler, ici ce personnage ne se laissera pas berner par un mauvais déguisement et elle se montrera très courageuse... 
Un format carré, du noir et du rouge, voilà une illustration franche et directe. Dès la couverture, le gros plan sur le visage du Chaperon rouge avec ses yeux noirs nous impressionne. Celle-ci n'a pas froid aux yeux. Les pages sont dessinées avec des traits larges noirs parfois teintés de gris pour le décor, le gros plan est repris sur la tête du loup (aux mauvaises pensées), on cherche à nous faire peur... Mais comme cette héroïne est déterminée (les bras sur les hanches dans les pages de garde), le loup n'aura pas de chance ! 
Bethan Woollvin est une toute jeune auteure/illustratrice anglaise qui réalise cet album alors qu'elle est en deuxième année à l'école d' Art de Cambridge. Son livre remporte le prix « Macmillan Childrens Book Competition » et il figure maintenant dans la liste des meilleurs albums établie par le New York Times. 
Pour plus d’informations, voir le site


Chat Chelou de Baek Heena aux éditions Picquier jeunesse. 
C'est le surnom d'un gros matou à la mine patibulaire, presque borgne, le poil pas très net, qui terrorise le poulailler en dévorant les œufs des poules fraîchement pondus. 
Il sera très surpris, quand quelques jours après avoir gobé un œuf tout rond, il accouche d'un poussin !...Heureusement son instinct paternel ou maternel prendra le dessus et fera de ce drôle de duo, la plus belle famille des environs. 
Baek Heena est coréenne. Elle utilise le crayon de papier et les traces qu'il peut laisser sur le papier, pour illustrer son histoire. Les gros plans sur le chat nous rapproche au plus près de l'action, pratiquement sans décors. L'effet est brut, simple et la petite note jaune du poussin donne un air bien sympathique à cette surprenante histoire. … 



ET DES DESSINS, merci à Saad, Marin, Eve, Robin, Romain, Clémence, Mélissa, Sidonie, Hugo, Léa et Antoine pour leur participation.

https://photos.app.goo.gl/5ndQLKmARR7JSFLHA
Cliquez sur la photo pour découvrir les dessins des enfants

Aucun commentaire:

Publier un commentaire