mardi 23 avril 2019

Les collégiens du Prix Gavroche ont rencontré Ingrid Thobois

Le vendredi 12 avril, les collégiens de La Malmaison et de Jules Verne participant au Prix Gavroche sont venus à la médiathèque pour rencontrer Ingrid Thobois, l'auteur du roman de vie Amir et Marlène, coup de foudre en 6ème.


Lors de cette rencontre, l'auteur a parlé de sa carrière d'écrivain et a expliqué son processus de création.
Ingrid Thobois a commencé à écrire sur des petits carnets lorsqu'elle avait 6 ans et depuis, elle prend régulièrement des notes en observant les personnes qui l'entourent. Pour l'écriture de ses romans, elle pioche des idées dans ses carnets puis elle tape son livre à l'ordinateur sans avoir de plan. Un fois son histoire achevée, elle envoie un fichier Word à son éditeur qui lui renvoie deux mois plus tard une épreuve avec les corrections pour une sortie en librairie 5 mois plus tard.
Depuis la publication de son premier manuscrit en 2007, elle a publié 6 romans pour les adultes et une quinzaine de livres pour la jeunesse. Ses voyages l'inspirent beaucoup dans l'écriture de ses livres et les écrivains voyageurs l'ont beaucoup influencée. Elle a d'ailleurs écrit une biographie à destination des enfants sur Nicolas Bouvier, Des fourmis dans les jambes, et elle est en train d'en écrire une sur Ella Maillart.
Son conseil pour les futurs écrivains est d'écrire tous les jours sur des sujets qui les intéressent et de ne pas réfléchir à ce que veulent les autres.

Le roman Amir et Marlène a été écrit dans le cadre du feuilleton des Incorruptibles. Durant 3 mois elle a correspondu avec 10 classes de sixième dans les Pyrénées. Tous les 15 jours, elle envoyait un chapitre aux élèves qui lui proposaient par la suite des idées pour continuer l'histoire. Afin d'être plus proche des élèves, Ingrid Thobois a basé son livre dans les Pyrénées. Ne connaissant pas bien la région, elle a exploré les environs sur Google Earth et a découvert le village d'Oms qui lui a rappelé la ville de Homs qu'elle avait visité lors d'un voyage en Syrie. C'est ainsi que lui est venu l'idée d'un jeune réfugié arrivant dans une petit village de France.
A travers l'histoire d'Amir, l'auteur voulait informer les enfants sur le sort des réfugiés sans être trop violente dans ses propos. C'est pourquoi, dans certains passages du texte, elle a choisi d'utiliser des ellipses afin que les lecteurs imaginent la suite. Le roman n'est pas basé sur un fait qu'elle a vécu mais sur des convictions qu'elle souhaitait partager. La question des migrants est importante pour elle et elle voulait montrer qu'aucune personne ne quitte son pays par plaisir mais par nécessité.
Après les 3 mois de partage avec les classes de sixième, l'auteur a retravaillé son texte durant 3 mois en faisant beaucoup de recherches afin que son histoire colle le plus possible à la réalité. C'est pourquoi, entre autre, elle a choisi comme sport le judo car il est enseigné en sport étude à Narbonne.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire